Charlotte Pressecq

L’extraordinaire monde imaginaire de Sha

Charlotte Presseq, de son nom de naissance, est née à Toulouse, elle aurait pu devenir professeur de dessin, sa première et grande passion. Elle tente les grandes écoles et la « prépa » Arts Appliqués de Cachan, avec le secret espoir de ne pas être prise. Elle sera première sur liste d’attente et ne deviendra pas enseignante. « Je veux être sur le terrain, affirme la jeune femme, je veux peindre, créer des marionnettes, devenir actrice.

De grands yeux verts, une belle chevelure noire des filles du sud, et un sourire enjôleur, à 26 ans, Sha fait confiance à la vie. Ses peintures sont un vrai bonheur et ont du succès. À Ombres Blanche, à la cave poésie, au théâtre du Grand Rond, à Tournefeuille, « Elle vend tout ce qu’elle expose, souligne Odile Brisset, c’est fascinant. »

Toute petite déjà, elle peint et invente les personnages sortis de son univers. Elle a de qui tenir, un papa dessinateur, sculpteur, une maman et une grand-mère aux origines italienne, andalouse et marocaine qui racontent si bien les histoires, des histoires de voyages qui l’inspirent toujours.

« Je veux que ça reste une passion, tient à rappeler Sha, aux amateurs éclairés qui lui passent commande, et je veux garder ma liberté. » Cette liberté est parfois chère payée. En septembre 2006, Sha n’a plus d’appart, plus de boulot. Les hasards de la vie l’amènent à rencontrer la compagnie Créature de Blagnac. « J’ai travaillé sur les marionnettes du spectacle Petit Gris, Odile m’a fait confiance. Elle m’a tout appris. » Quand à son avenir, Sha le voit au jour le jour et avec beaucoup d’optimisme, « j’ai plein d’histoires dans la tête, j’aime mon imaginaire, je m’inspire de la rue et j’adore la comédie.

Un spectacle de marionnettes au lycée

IMG_1894 IMG_1892 IMG_1889 IMG_1886

IMG_1884 IMG_1883 IMG_1882 IMG_1881

IMG_1880 IMG_1878 IMG_1843 IMG_1842

IMG_1836 IMG_1830 IMG_1827 IMG_1824